LETTRE OUVERTE de Hugues Sanon à Marie Yolène Gilles, ancien membre du RNDDH

LETTRE OUVERTE de Hugues Sanon à Marie Yolène Gilles, ancien membre du RNDDH

Chère madame Marie Yolène Gilles,

À l’heure où de nombreux regards sont braqués sur le RNDDH et face à votre lâche et méchante lettre de démission qui n’a pas su adopter un comportement de vigilance à un moment si crucial de l’histoire de notre pays, étant un citoyen haïtien faisant partie du monde de la défense des droits humains, je me retrouve donc dans l’ultime obligation de vous adresser cette lettre ouverte afin de vous demander si vous faisiez vraiment partie du RNDDH ou si vous étiez également une franche amie et collaboratrice de M. Pierre Esperance?




Chère madame Gilles, n’avez-vous pas pris naissance à l’époque où l’ami se définissait comme étant le confident et protecteur par excellence? Pourquoi avoir choisi maintenant d’avilir votre collaborateur et compagnon de lutte, Pierre Esperance?

C’est avec infiniment de peine et de douleur que j’ai lu votre lettre de démission adressée à l’organisation RNDDH, une organisation, qui, depuis plusieurs années ne cesse de condamner les abus, les violations des droits humains et d’autres mauvais traitements, tout en assurant que des mesures efficaces soient prises et aussi y mettre un terme. RNDDH a aussi documenté des violations ainsi que des atteintes aux droits humains en Haïti et avait constamment plaidé en faveur de l’indemnisation des victimes.

Il est claire qu’il n’y a rien qui vaille en Haïti en dépit de nombreuses initiatives que prennent quelques soi-disant organisations ayant pour but de défendre les droits humains. Pourtant leurs vrais objectifs, c’est de remplir leurs poches!

Madame Gilles, dans votre fameuse lettre de démission, vous avez fait mention de vouloir protéger votre réputation et votre honnêteté face à certaines corruptions qui se sont révélées vraies au sein de l’institution (RNDDH) dont vous êtes l’assistante responsable de programmes.

Souffrez chère madame que je vous fasse quelques simples petites questions très pertinentes; Ce soudain revirement, d’où vient-il? N’est-il pas lié à un problème purement personnel vis-à-vis du directeur Exécutif M. Pierre Espérance puisqu’à première vue, vous travailliez tous les deux dans une parfaite et étroite collaboration?

Madame Gilles, pourquoi avez-vous décidé soudainement de dénoncer cette corruption dont vous aviez gardée sous silence depuis quelque temps? Ne serait-ce pas une insatisfaction de vos attentes financières qui se cache derrière cette soudaine répulsion de votre part?

Et pour finir, pourquoi c’est maintenant que vous avez choisi de dénoncer et de mettre le public au courant que le RNDDH n’a pas payé ses redevances fiscales à la DGI depuis trois ans ni honorer ses engagements envers l’ONA, et où etiez-vous depuis tout ce temps la? Enfin, je me demande si votre lettre de démission ne serait-elle pas un moyen stratégique afin de détourner les regards de votre incapacité de mener à bien le travail dont vous prétendiez de faire au sein du RNDDH.

Chère Madame Gilles, Je suis à la fois persuadé et convaincu que votre lettre de démission qui fait désormais partie intégrante de toute l’actualité, est en partie une raison de vous élever encore plus haut dans l’estime de ceux qui sont sur les reseaux sociaux. Vous agissez à l’instar de la plupart de nos politiciens véreux qui sont à la recherche d’une forme de publicité imméritée qui les conduira certainement un jour à la dérive!

À mon avis, je crois que si vous étiez vraiment animée du sentiment patriotique comme vous le prétendez, vous auriez eu recours à un moyen beaucoup plus discret pour régler ce problème au lieu de chercher à ternir la réputation d’une personne avec qui, vous entreteniez une très bonne relation! Il est facile de faire la différence entre une personne qui agit par méchanceté et quelqu’un qui agit dans le sens du bien ou du bonheur de l’autre!



Après avoir constaté tout cela et fait une analyse très approfondie de votre geste sadique, je vous taxe de malhonnête, madame Gilles! Je trouve qu’il aurait été plus sage de régler ce problème à l’amiable, si les sentiments qui vous animaient étaient de bien meilleurs. Car s’il en était ainsi, vous auriez pu régler le dossier de RNDDH avec plus de leadership et de sentiment patriotique au lieu de chercher à détruire toute la carrière politique de Pierre Espérance et effacer du coup de la planète de défenses des droits humains la présence du RNDDH. Car vous étiez déjà au courant de la fragilité de sa situation actuelle à cause de l’affaire des 1 500 000 gourdes qui était déjà en suspend. Je ne vous félicite pas chère madame.

Sans vouloir me faire l’avocat du diable et défendre l’indéfendable, je trouve que Pierre Espérance ne méritait pas cela et le peuple, étant témoin de cette attitude malhonnête en tiendra certainement compte. ” Dans nos rangs point de traitres, du sol soyons seuls maitres” nous dit la Dessalinienne!

Chère Madame, j’ose vous rappeler que dans une telle conjoncture nul ne saurait taxé de méchant, si l’on s’imaginait que vous étiez déjà complice et que votre crédibilité et votre honneur étaient déjà fragilisés, pour n’avoir pas eu assez de cran de dénoncer auparavant les différentes dérives du gouvernement Privert, notamment, l’affaire “kaliko beach hôtel” où l’ex commissaire du gouvernement Jean Danton Léger, aurait recemment blanchi le propriétaire de l’hôtel dans l’affaire du trafic d’une trentaine d’adolescentes droguées par la cocaïne et la marijuana dont l’âge varie entre 11 à 18 ans pour être abusées sexuellement. Ce qui a conduit à l’arrestation de plusieurs étrangers et plusieurs autres suspects et que ses jeunes filles ont été forcées par ces agresseurs à regarder des dizaines de milliers d’images et vidéos explicites d’enfants, vous n’avez rien dit dans cette affaire.

De plus, je dois vous rappeler votre hypocrisie en saluant le courage et l’ingéniosité de l’amante d’Anthony DUMONT qui savait très bien que celui-ci demandait constamment à sa fillette de 11 ans de lui permettre de l’embrasser sur la bouche et sa partie intime, au lieu de rompre sa relation amoureuse avec le député Dumont et de lui chasser très loin de l’enfant, elle a plutôt installé une caméra vidéo dans sa chambre, et cachée quelque part pour assister au viol de sa petite-fille de 11 ans par le géant député.

Est-ce que cette fille abusée et traumatisée a été prise en charge par des psychologues spécialisés dans le domaine pour des séances de spychothérapie?

Est-ce que vous aviez pris des mesures pour que la fillette soit examinée par des spécialistes afin de soumettre un rapport médical à la justice haitienne qui pourrait confirmer qu’efféctivement l’enfant avait bel et bien été violée par le député Anthony Dumont? Et, si c’est réellement le cas ,ce dernier ne devrait-il pas se soumettre à la justice afin de payer pour cet infâme crime?

Vous aviez aussi fait la sourde oreille au lourd bilan du pénitencier national où, en moins d’un an, sans aucune explication claire, environ 64 prisonniers sont morts, sans savoir s’ils étaient tous coupables ou non! Sans avoir pris le temps nécessaire de mener aucune enquête qui aurait pu déterminer s’ils étaient vraiement tous, des kidnappeurs, des pédophiles, des violeurs! Ou encore pour savoir s’ils ont été déjà jugés et quel crime ont-ils commis, combien d’années ont-ils déjà purgées et combien leur en restait-ils en prison. Et, en résumé, à la suite de toute cette mauvaise gestion, au lieu d’entamer une investigation approfondie pour savoir quelles ont été les causes de ces décès à la fois intempestifs et irrationnels, on ne fait que célébrer le bilan de la réalisation de leurs funérailles.

Oui chère madame,vous aviez passé sous silence la passivité du gouvernement de Jocelerme Privert qui a complètement oublié les détenus du pays lesquels l’absence de nouriture,de soins de santé et d’hygiène ont aussi contribués à leur décès.

Pouvez-vous parler de moralité madame quand vous aviez passé sous silence ces crimes immondes dont les enquètes n’ont jamais abouti, si jamais il y en avait eu?
Madame Giles, j’aurais été le premier à vous applaudir si vous aviez eu le courage de dénoncer aussi ces actes ignobles dans votre lettre de demission.

Chère madame Gilles, ce problème de corruption au niveau du RNDDH dont vous venez de dénoncer dans votre lettre de démission et à travers les medias aurait été déjà résolu par des voies plus sereines et honnêtes si vous aviez vraiment un coeur patriotique et vouloir sauvegarder le patrimoine du RNDDH. mais voilà, vous avez tout détruit.

Sans vouloir rien ajouter à ma triste lettre, chère Madame le défenseur des droits humains, après ce mal que vous venez de faire au RNDDH, que comptez-vous faire aujourd’hui pour sauver le patrimoine de cette organisation?

Je vous prie d’agréer, chère Madame mes sincères salutations.

Hugues Sanon
Humaniste, activiste, documentaliste, recherchiste, théologien


La Rédaction

La Rédaction Contact : actualites@haitinews2000.com