Crise haïtienne, la Russie veut s’enquérir davantage des conséquences des sanctions imposées aux chefs de gangs

Crise haïtienne, la Russie veut s’enquérir davantage des conséquences des sanctions imposées aux chefs de gangs

Les partisans d’une résolution de l’ONU qui exigerait l’arrêt immédiat de la violence et des activités criminelles en Haïti et imposeraient des sanctions à l’influent chef de gang Jimmy Chérizier, alias “Barbecue”, ont rapporté mercredi que le vote avait été reporté.

Le vote au Conseil de sécurité était prévu pour l’après-midi, mais des membres clés de cet organe ont confirmé qu’il avait été reporté de quelques jours.

“Je ne sais pas si le vote aura lieu aujourd’hui, cela pourrait prendre quelques jours”, a déclaré à la presse l’ambassadeur de France à l’ONU Nicolas De Rivière.

A LIRE AUSSI : La Police nationale d’Haïti condamne le meurtre du commissaire de la Croix des Bouquets

La mesure sur les sanctions est la première des deux résolutions soutenues par les États-Unis et le Mexique à être examinée par la plus haute instance de l’organisme mondial. Le second, en cours d’élaboration, autoriserait l’envoi d’une force multinationale en réponse à une demande formulée le 7 octobre par le Premier ministre haïtien Ariel Henry.

L’ambassadeur adjoint de Russie à l’ONU, Dmitry Polyansky, a déclaré lundi au conseil que Moscou ne pouvait pas soutenir “les tentatives de forcer une résolution sur les sanctions” et n’a accepté de s’enquérir de la prise de mesures restrictives qu’après avoir examiné leur “efficacité” et leurs conséquences humanitaires.


La Rédaction

La Rédaction Contact : actualites@haitinews2000.com
%d bloggers like this:
Enable Notifications OK No thanks