Les déplacés se trouvant au camp Grâce Village confrontent à un manque d’eau potable

Les déplacés se trouvant au camp Grâce Village confrontent à un manque d’eau potable
Photo : Patrick Souvenir (Archive)

Des centaines de gens victimes du séisme du 12 janvier 2010, qui s’installent au centre d’hébergement dénommé Grâce Village, dans la commune de Carrefour, font face à de sérieuses contraintes. Leur situation sanitaire est précaire, car ils n’ont pas de toilettes mobiles et qui pis est l’eau potable se fait rare.Ces sinistrés montent au créneau pour dénoncer cette situation inhumaine à laquelle ils vivent, alors que les autorités du pays n’ont pas cessé d’utiliser des fonds à mauvais escient.

« Nous avons eu la chance de recevoir de l’eau par des organismes internationaux comme d’autres camps, présentement nous sommes livrés à nous-mêmes », se lamentait une dame qui habite sous une tente avec sa fillette.

L’un des responsables de ce site qui n’a pas pu regarder ces gens qui croupissent dans cette misère, sollicite le support des dirigeants de ce pays. « Nous réclamons leur présence. Nous sommes en plein cœur de la capitale. A quelques kilomètres du palais national, alors qu’ils n’ont jamais mis les pieds ici pour observer notre situation », a déclaré Joseph Henry.

« Tous les jours, je me suis obligé de parcourir des kilomètres pour aller chercher de l’eau », a renchéri M. Joseph, ce dernier qui se plaint de n’avoir jamais constaté ici la présence d’un responsable de la Direction Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (DINEPA).

A noter, le camp d’hébergement Grâce Village se trouve à Carrefour, sous l’habitation du Pasteur Joël Jeune, des centaines de familles s’y installent depuis la catastrophe enregistrée en Haïti en janvier 2010 et qui a tué des centaines de milliers de gens.

Dossier : Emmanuel Eddy Cantave


La Rédaction

La Rédaction Contact : actualites@haitinews2000.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.